mardi 10 octobre 2017

Quelques particularités de l'école suisse

  • Pour l'apprentissage :
Le Kindergarten fonctionne beaucoup avec la "pédagogie par le jeu", très en vogue chez les Allemands. Dans cette pédagogie on favorise l'utilisation de jeux de réflexion et de logique pour permettre l’acquisition des savoirs.

Cette pédagogie a l'avantage :

• de motiver l'enfant car le jeu est un plaisir 
• d'exercer certaines compétences (langage, réflexion, actions) de façon "détournée"
• de permettre d’impliquer l'élève en tant qu'acteur
• de faire participer tous les élèves, quelque soit leur caractère ou leur niveau
• d'effacer l’erreur et l’échec
• de développer le respect des règles et le respect mutuel
• de développer la collaboration entre les élèves 
• de socialiser les plus jeunes.

Plus tard, en primaire, Emmy n'apprendra pas à écrire en minuscule cursive. Ici les élèves écrivent tous en lettres bâton, sans interligne et carreaux sur leur feuille. Ils rétrécissent d'eux-mêmes la taille de leurs lettres, petit à petit.


Exemple d'écriture d'un élève suisse de 8 ans


Les cahiers "allemands"



  • Dans l'autonomie :

À la cantine les élèves se débrouillent entièrement seul dès la première année (à 4 ans donc). Ils doivent aller chercher les plats près de la cuisine, se servent ensuite seuls dans les plats posés au centre de la table, ils s'occupent du pot à eau et débarrassent en triant ce qui va à la poubelle, au compost, au lavage. 
Il n'y a ni pain, ni dessert sucré.
Ils se brossent les dents après chaque repas.

Les enfants reçoivent la visite de la police dès le premier mois de la première année pour apprendre à traverser seul la rue et pouvoir ensuite venir seul à l'école. Ils reçoivent en cadeau un CD avec les chansons explicatives et un baudrier réfléchissant.


Pour le sport les élèves doivent avoir une tenue complète (vêtements et chaussures) de rechange. Dès 4 ans il se change seul après le cours de sport. 

  • La symbolique du changement de classe :
En 1ère année de Kindergarten, Emmy était un "Rauppli", une chenille. À la fin de l'année tous les parents ont été conviés à une fête où les enfants sont devenus symboliquement des papillons en passant dans un tunnel et en recevant des compliments. La 2ème année de Kindergarten est donc celle des "Schmetterling", les papillons, qui doivent montrer l'exemple et aider les "Raupppli".





Jeden Tag bin ich überrascht über die Unterschiede zwischen den französischen und der Schweizer Schule. Am Anfang sind die Kinder freier und rühiger : sie spielen, sie entdecken, sie profitieren von ihrer Kindheit. Später ist es komplizierter, weil es im Alter mit 12 Jahren eine sorgfältige Auswahl gibt. Viele Eltern sind gestressed bei diese Prüfung. 

4 commentaires:

  1. j'adore. C'est super mignon avec le symbole du papillon je trouve. Et génial pour la police qui explique pour la route et le chemin de l'école.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je trouve ça très mignon aussi! Merci de ton commentaire!

      Supprimer
  2. j'aime bien les rites de passage , l'apprentissage de l'autonomie, le respect du rythme de l'enfant, l'importance donné aux jeux pour appréhender les apprentissages, à te lire les enfant s suisses semblent moins pressés et stressés par l'école et semblent s'y épanouir dans toutes leurs dimensions pas seulement dans des compétences scolaires ! j'ai l'impression d'un plus grand respect des différences entre enfants ! priorité semble donnée au début de leur
    scolarité à leur épanouissement et pas à la compétition et aux résultats ce doit être déroutant au début mais sûrement fédérateur d' une assise, d'une base solide et d' une grande ouverture aux futurs apprentissages ! intéressant en tout cas , proche des méthodes d'enseignement alternatives montessori et autres !
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On verra, le début semble beaucoup plus respectueux et tranquille mais ensuite c'est vite compétitif (tout en étant plus flexible..). Bref, on verra.

      Supprimer